Épisode: La pire des questions

Comment ça va ?

Je suis trop honnête pour cette question pourtant si inoffensive, en surface. Je suis incapable de faire semblant et ne pas croire à la réponse. Mon visage devient automatiquement un livre trop ouvert et j’hésite entre un hmmmmm trop vague, un ouiiiii qui ne dupe personne ou finalement une absence de stratégie qui me trahit. Pour la majorité des gens, l’automatisme prend le dessus à la vérité et il n’y a pas de misère pour trouver de la répartie. Évident quand votre réponse est positive… mais si vous n’aviez pas le goût de partager avec n’importe qui vos état d’âmes? Si la réponse était négative, que vous ne voyiez pas “la vie en rose” ou que vous ayez une contrainte médicale, physique ou psychologique? Est-ce que vous allez dire, non je ne vais pas bien, je dois avoir une infection vaginale qui me démange… Ou bien, j’ai juste le goût de me suicider, mais sinon ça va bien et toi?

Alors il y a un malaise…

             mark-659507_640emoji-1585401_640mark-659507_640

Je le vis un peu trop souvent quand, par exemple, la caissière à l’épicerie fait un excès de zèle de politesse et que l’emballeur s’en mêle. Est-ce que c’est vraiment essentiel pour que je paie mes victuailles? Je me dis que sa doit faire partie d’un incitatif obligatoire au même titre que la fameuse question: vous avez tout trouver ce que vous cherchiez, surtout usuel dans les quincailleries? Comme si c’était évident qu’il nous manquait quelque chose ou qu’on n’était pas capable de le chercher…

Il m’est arrivé une autre situation disons étrange avec cette question. Récemment, j’ai pris une marche trop ambitieuse pour mes capacités physiques. Je me suis retrouvé en panne sèche d’énergie… vous savez: être à plat. J’attendais assise sur le trottoir en regardant en alternance le panneau de signalisation ou mes ongles d’orteils (voir Au bout des ongles). Une femme à bord de son VUS a ralenti et m’a demandé comment je vais, assise là. Tenant compte de sa gentillesse, je lui ai retourné avec positivisme que “j’attendais d’avoir de l’énergie” pour continuer… Ce qui était la vérité. Vous savez ce qu’elle m’a répondu? Veux-tu de la gomme? QUOI? J’ai dû avoir l’air surpris car elle a spécifié… pour te donner de l’énergie. Si c’était si facile…

Ma curiosité a pris le dessus et j’ai fait une petite recherche. Une étude japonaise citée dans un article de La Presse du 25 mai 2018, a prouvé que mâcher de la gomme augmente le rythme cardiaque, et provoque ainsi une synchronisation “cardiomotrice”, soit une tendance qu’a le corps à accroître son activité quand le coeur accélère. Finalement, j’aurais dû essayer…

Sinon, laissez moi vous partager quelques autres réponses possibles… L’idéal est de trouver la bonne dose de banalité pour mieux contourner et passer à autre chose sans offusquer personne. De toute façon, l’autre personne n’a généralement pas le temps pour des explications compliquées avec schémas et Power Point. Il vaut mieux trouver juste assez de vérité et de banalité pour avoir l’air sincère et poli. Vous devez mettre de côté tout signe d’irritabilité et surtout penser à retourner la question, comme si vraiment ça vous intéressait.

J’en viens à la réflexion qu’on ne peut pas non plus répondre n’importe quoi… J’ai donc fait appel à “masoeurpréférée” pour du renfort. Elle vous suggère de retourner la question, par une question! Ça va toi? Avec un surplus d’intérêt bien sûr, l’autre personne ne se rendra pas compte et vous aurez détourné. Une autre façon est de contourner sans vraiment répondre. Il suffit de dire quelque chose comme: Je marche beaucoup ces temps-ci, ça me fait du bien. Sinon, aller dans la banalité bien assumée et répondez par l’affirmatif: Il fait vraiment beau dehors! (adaptable selon la météo). En manque d’originalité, vous pouvez aussi opter pour la semi-vérité. Pas si pire et toi? Juste assez vague et l’air intéressée. Maintenant, à l’épicerie, pourquoi pas: C’est une bonne journée pour faire l’épicerie! Et à la quincaillerie, devancer la question et répondez avant qu’elle ne soit posée: J’ai trouvé tout ce qu’il me fallait !!! Voilà, c’est réglé…

Par contre, dans certains cas, ce ne sera pas suffisant. J’ai constaté qu’il y a des gens qui sont capables de vous dire comment vous allez sans avoir à vous le demander. C’est la compétence de “lecture dans les yeux”. Je deviens un hérisson quand votre phrase comprend: “tu as l’air”. Vous-ne-le-savez-pas. Il n’y a que moi qui le sait (et encore pas toujours). Malgré vos compétences: mes yeux font dire qu’ils peuvent faire semblant. Si vraiment je suis fatiguée, épuisée, au bord du gouffre: je ne veux pas que vous me le disiez. Je-le-sais déjà et à chaque fois que vous posez la question, vous me le rappelez. Faite juste le penser très fort et soyez rempli de compassion et d’empathie.

Comment ça va ?

La pire des questions, juste à l’entendre et mes oreilles me frisent. Ce qui ne m’a pas empêché de faire une autre petite recherche. J’ai découvert un mythe à propos de cette expression de salutation d’usage qui revient à son origine quoiqu’un peu incertaine. Lorsque cette question est posée, historiquement, le sens voulait dire qu’on demande à l’autre “comment allez-vous à la selle”. Ce que je trouve vraiment plus facile à répondre… car de toute façon la question me fait ch***.

kot-2567407_640

Signature4                              Question22

2 commentaires sur “Épisode: La pire des questions

  1. Je suis d’accord avec toi, à quoi rime ce comment allez-vous en épicerie? Ce n’est pas la place pour amorcer une conversation sur ses états d’âme, donc pourquoi poser une telle question.
    Je préférerais de beaucoup qu’on me demande si j’ai trouvé tout ce que je cherchais. Ce faisant, je considérerais qu’on se soucie de mes attentes et de la façon dont s’est déroulé mon passage dans leur établissement.

Répondre à naddamo Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s