Épisode: ooOoooOOooo

Un mélange de style petit-chien et grenouille en une fusion non synchronisée et un peu étrangement trop à la verticale. Un manque d’harmonie dans les gestes tel un piano désaccordé pour les oreilles. En fait, mon manque de coordination se fait sentir terriblement quand vient le temps de s’exécuter pour nager. Et disons le, je fais tout mon possible!

J’ai pourtant fait de nombreux cours, et même fait une tentative de nages synchronisées à l’adolescence. Malheureusement, encore beaucoup de perfectionnement serait requis pour que je puisse faire des longueurs avec aisance ou plutôt que je puisse seulement en faire une sans m’arrêter. Il me reste la technique avec la “nouille” (ou frites en mousse) qui compense un peu et me permet de garder mes pauvres forces. Le manque d’endurance est amoindri par la compensation flottante et je peux me concentrer sur une seule section de mon corps. Bien suffisant. Je pourrais aussi opter pour la veste de flottaison, mais j’ai ce qui me reste de fierté. J’aimerais toutefois nager avec grâce et glisser sur l’eau au lieu de patauger dans le “pas-creux” en faisant mon social.

Ma vitesse de déplacement dans les couloirs: tortue, même pas de mer. J’aimerais avoir une propulsion sans effort et pourquoi pas rêver et faire mes virages comme les athlètes aux olympiques! Et hop! J’aimerais être en mesure de plonger parce que voyez-vous, j’ai un mécanisme de protection très évolué qui me fait automatiquement ouvrir les bras pour faire un “flatte” au dernier moment. Malgré de nombreuses pratiques sous supervision, je n’ai jamais réussie ce lâcher-prise…

J’ai pourtant commencé à nager jeune, peut-être pas à 4 mois, mais quand même. J’ai alors essayé de réapprendre une autre façon d’utiliser mon corps de bipède. Oh non, ce n’est pas instinctif comme pour certains animaux. Je pense que j’aurais avantage à reprendre des cours, parce qu’à part ne pas couler, je n’ai pas l’impression d’avoir tous les acquis. J’ai sûrement dépassé le niveau “loutre de mer” de la Croix-Rouge… Il faudrait que je demande à ma spécialiste du domaine. Je ne fais pas partie non plus des 17% des Québécois qui ne savent pas nager (firme Léger, 2018) puisque j’ai amplement le minimum sécuritaire qui devrait être obligatoire.

L’eau n’en demeure pas moins un de mes bonheurs et je me sens vraiment bien lorsque j’ai l’occasion d’en profiter. Bien sûr, elle doit être à une température agréable sinon l’expérience se termine assez rapidement ou plutôt ne commence même pas. Je squatte donc les piscines que je croise, que ce soit dans les hôtels ou en location. Je peux même devenir votre amie si dans votre cour il y a cette merveille avec chauffe-eau et que vous restiez proche. Sinon, je me contente d’un bain avec les genoux dans le front, mais croyez-moi ce n’est pas le même plaisir. Au moins, je n’ai pas une grande latitude pour me ridiculiser.

L’alternative, ce sont les spas puisqu’ils ne demandent pas d’effort et la température est assurément plus chaude. Je peux y devenir un homard, bien assise, sans tracas. Juste les jets et moi. Il y a d’ailleurs de plus en plus de spas nordiques à découvrir. Les gens ont besoin de ces lieux pour relaxer.

Ce n’est tout de même pas un luxe que tous peuvent se permettre avec l’eau… Les piscines sont néanmoins très répandues dans le rêve de banlieue et comme complément à la maison. Le nombre de piscines par habitant est plus grand au Québec qu’ailleurs en Amérique du Nord, soit 1 piscine par 16 personnes. Selon La Presse, 43% des piscines sont dans “La Belle Province” par rapport au reste du Canada. Je ne suis donc pas la seule à vouloir profiter de la saison chaude qui se veut trop courte et qui se terminera bientôt. Il suffit d’admirer du haut du ciel pour constater l’ensemble des étendues bleues, creusées ou non… chlore ou au sel. Autant de questions à l’achat, vous n’avez qu’à demander à soeur-préférée et ses chanceux qui profitent d’une nouveauté cet été à leur terrain.

Je n’ai peut-être pas l’aisance d’un petit poisson dans l’eau, mais cet été mon défi était néanmoins de me maintenir la tête hors de l’eau…

leaking-2180244_640
Signature4

2 commentaires sur “Épisode: ooOoooOOooo

  1. Le plus dur c’est de se jeter à l’eau, le reste ça s’apprend et ça s’améliore! Avec de la persévérance bien sûr…

Répondre à masoeurpreferee Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s